Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
SYNDICA†HO : dignité, liberté, responsabilité de toute personne humaine !

Le principe personnaliste (détails)

La présente page fait partie d'une série exposant les grandes lignes de la Doctrine Sociale de l’Église catholique et montrant, notamment, la promotion que fait celle-ci de la liberté de chaque personne humaine. Cette série s'appuie sur le Compendium de la DSÉ, dont il reprend différents passages (en rouge, ceux qui parlent plus particulièrement de liberté). Le principe personnaliste est exposé au chapitre 3 (La personne humaine et ses droits) du Compendium, parties I à III (articles 105 à 151). Les chapitres 3 et 4 sont de nature très doctrinale : c'est là que sont présentés les principes et valeurs de la DSÉ.

Résumé de Syndicatho : le principe personnaliste est le principe de base, le fondement de la Doctrine Sociale de l'Église. Il affirme que toute personne humaine ayant été créée par Dieu à son image, dispose, de ce fait, d'une intangible et inconditionnelle dignité. Celle-ci exige que des droits naturels de l'homme (vie, liberté, propriété,...) soient respectés et qu'il agisse selon des choix conscients et libres.

Voici des citations tirées du Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église, ou, pour la première, du premier livre de la Bible (le livre de la Genèse).

"Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa" (Gn, 1,27).

L’Église voit dans l'homme, dans chaque homme, l'image vivante de Dieu lui-même (Comp., 105).

Toute la doctrine sociale se déroule à partir du principe qui affirme l'intangible dignité de la personne humaine (Comp., 107).

L'homme existe comme être unique et inimitable, il existe en tant que "moi" capable de s'auto-comprendre, de s'auto-posséder, de s'auto-déterminer (Comp., 131)

Photo credit: on Visualhunt.com / CC BY
Masque Antique LACMA M.2008.40.154.20

Une société juste ne peut être réalisée que dans le respect de la dignité transcendante de la personne humaine. Celle-ci représente la fin dernière de la société, qui lui est ordonnée. (...) Le respect de la dignité humaine ne peut en aucune façon ne pas tenir compte de ce principe: il faut « que chacun considère son prochain, sans aucune exception, comme “un autre lui-même”, [qu'il] tienne compte avant tout de son existence et des moyens qui lui sont nécessaires pour vivre dignement ». Il faut que tous les programmes sociaux, scientifiques et culturels, soient guidés par la conscience de la primauté de chaque être humain. (Comp., 132).

La personne ne peut pas être finalisée à des projets de caractère économique, social et politique
imposés par quelque autorité que ce soit, même au nom de présumés progrès de la communauté civile dans son ensemble ou d'autres personnes, dans le présent ou dans le futur. Il est donc nécessaire que les autorités publiques veillent attentivement à ce que toute restriction de la liberté ou tout devoir imposé à l'action personnelle ne lèse jamais la dignité de la personne et à ce que soit garantie la mise en pratique effective des droits de l'homme. Tout ceci, encore une fois, se fonde sur la vision de l'homme comme personne, c'est-à-dire comme sujet actif et responsable de son processus de croissance, avec la communauté dont il fait partie (Comp., 133).

L'homme ne peut tendre au bien que dans la liberté que Dieu lui a donnée comme signe sublime de son image
« La dignité de l'homme exige donc de lui qu'il agisse selon un choix conscient et libre, mû et déterminé par une conviction personnelle et non sous le seul effet de poussées instinctives ou d'une contrainte extérieure » (Comp., 135, qui reprend la constitution pastorale "Gaudium et spes", 17).

Dieu ne fait pas acception des personnes car tous les hommes ont la même dignité de créature à son image et à sa ressemblance (Comp., 144).

La personne est de par sa constitution un être social, car ainsi l'a voulue Dieu qui l'a créée. (Comp., 149)

Le mouvement vers l'identification et la proclamation des droits de l'homme est un des efforts les plus importants pour répondre efficacement aux exigences irréductibles de la dignité humaine. (Comp., 152)

Les droits de l'homme doivent être protégés non seulement singulièrement, mais dans leur ensemble: leur protection partielle se traduirait par une sorte de manque de reconnaissance (Comp., 154).

Tous les hommes doivent être soustraits à toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit ... (Comp., 155).

Afin que cette liberté voulue par Dieu et inscrite dans la nature humaine puisse s'exercer, elle ne doit pas être entravée, étant donné que « la vérité ne s'impose que par la force de la vérité elle-même ». La dignité de la personne et la nature même de la recherche de Dieu exigent pour tous les hommes l'immunité de toute coercition (...) La société et l'État ne doivent pas contraindre une personne à agir contre sa conscience, ni l'empêcher d'agir en conformité à celle-ci (Comp., 421).

 

 

Pour approfondir votre réflexion sur la notion de dignité, nous vous invitons à regarder cette présentation du philosophe Éric Fiat :

 

Éric Fiat, vidéo 1/6 : "La dignité - Introduction".

Éric Fiat, vidéo 2/6 : "La dignité - Conception bourgeoise".

Éric Fiat, vidéo 3/6 : "La dignité - Conception chrétienne".

 

Éric Fiat, vidéo 4/6 : Le respect - Définition".

 

Éric Fiat, vidéo 5/6 : La dignité - Conception relationnelle".

 

Éric Fiat, vidéo 6/6 : La dignité - Conception moderne".