Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
SYNDICA†HO : dignité, liberté, responsabilité de toute personne humaine !

Le principe du bien commun

La présente page fait partie d'une série exposant les grandes lignes de la Doctrine Sociale de l’Église (DSÉ) catholique et montrant, notamment, la promotion que fait celle-ci de la liberté de chaque personne humaine. Cette série s'appuie sur le Compendium de la DSÉ, dont il reprend différents passages (en rouge, ceux qui parlent plus particulièrement de liberté). Le principe du bien commun est exposé au chapitre 4 ("Les principes de la doctrine sociale de l'Église") du Compendium, partie II (articles 164 à 170). Les chapitres 3 et 4 sont de nature très doctrinale : c'est là que sont présentés les principes et valeurs de la DSÉ.
 

Compendium, article 164 :
Par bien commun on entend: « cet ensemble de conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu'à chacun de leurs membres, d'atteindre leur perfection d'une façon plus totale et plus aisée » (Concile Vatican II, constitution pastorale Gaudium et spes, 26).

 

Le bien commun ne consiste pas dans la simple somme des biens particuliers de chaque sujet du corps social. Étant à tous et à chacun, il est et demeure commun, car indivisible et parce qu'il n'est possible qu'ensemble de l'atteindre, de l'accroître et de le conserver, notamment en vue de l'avenir. Comme l'agir moral de l'individu se réalise en faisant le bien, de même l'agir social parvient à sa plénitude en accomplissant le bien commun. De fait, le bien commun peut être compris comme la dimension sociale et communautaire du bien moral.

Commentaire de Syndicatho - Il faut observer que le "bien commun" ainsi défini par l'Église n'a rien à voir avec "l'intérêt général", souvent entendu comme l'intérêt de la majorité : le bien commun suppose le bien de chaque membre de la collectivité, sans aucune exception ("Étant à tous et à chacun ...."). Cela est confirmé dans le paragraphe suivant :

165 Une société qui, à tous les niveaux, désire véritablement demeurer au service de l'être humain, est celle qui se fixe le bien commun pour objectif prioritaire, dans la mesure où c'est un bien appartenant à tous les hommes et à tout l'homme.
 

Commentaire de Syndicatho - Le principe du bien commun, c'est :
- qu'il existe un bien (une organisation sociale) commun à tous, dans lequel les intérêts des uns ne s'opposent donc pas aux intérêts des autres (l'idée de lutte des classes, par exemple, chère à Karl Marx, est antinomique avec le bien commun) ;
- que le bien commun doit être recherché et mis en place de façon prioritaire (cf. paragraphe 165 ci-dessus).

Pour aller plus loin...